substrat


substrat

substrat [ sypstra ] n. m.
• 1846; substratum 1745; lat. substratum, de substernere « étendre sous »
1Philos. « Ce qui sert de support à une autre existence » (Lalande), ce sans quoi une réalité (conçue comme un mode, un accident) ne saurait subsister. substance; essence, fond. Cette phénoménologie « dont la matière vivante [...] est le substrat » (Duhamel).
Ce sur quoi s'exerce une action. « un substrat solide au développement des ambitions qu'il pouvait concevoir » (Queneau).
2(1890) Géol. Élément sur lequel repose une couche géologique.
Biochim. Substance sur laquelle agit un enzyme en déterminant sa transformation.
Électron. Monocristal semi-conducteur sur lequel est réalisé un circuit actif ( transistor, MOS) ou un circuit intégré.
3(1820) Ling. Parler supplanté par un autre parler (nettement distinct du premier) sur un territoire donné, dans des conditions telles que son influence est perceptible dans le second parler. Le substrat gaulois en français. Étude des substrats dans les noms de lieux. Substrat et superstrat.

substrat nom masculin (latin substratrum, de substernere, subordonner) Ce qui existe dans un être, indépendamment de ses qualités, et en constitue la réalité profonde. Ce qui sert d'infrastructure à quelque chose, ce sur quoi s'exerce une action : Le substrat économique d'un développement culturel. Chimie Celui des deux partenaires d'une réaction chimique dont on examine les changements structuraux. Électronique Cristal d'un métal semi-conducteur sur lequel un circuit intégré est fabriqué par dopage de certaines zones N ou P. Support en matière isolante destiné à recevoir l'impression d'un circuit électrique ou électronique et les divers composants de ce circuit pour constituer des circuits hybrides. Linguistique Première langue connue ayant existé dans un espace géographique déterminé, repérable par les traces qu'elle a laissées dans la langue parlée actuellement dans cet espace ; l'ensemble de ces traces. ● substrat (synonymes) nom masculin (latin substratrum, de substernere, subordonner) Ce qui existe dans un être, indépendamment de ses qualités...
Synonymes :

substrat
n. m.
d1./d PHILO Ce qui, présent derrière les phénomènes, leur sert de support.
d2./d LING Langue qui, dans une communauté linguistique, a été éliminée au profit d'une autre, mais qui a néanmoins exercé une influence sur cette dernière. Influence du substrat celtique sur le roman de Gaule.
d3./d BIOCHIM Molécule sur laquelle agit une enzyme.
d4./d GEOL Couche inférieure ou antérieure existant sous une couche plus récente.
d5./d AGRIC Substance remplaçant la terre arable utilisée comme support de culture (culture hors sol ou in vitro).

⇒SUBSTRAT, subst. masc.
A. — 1. a) PHILOS. Substance considérée comme support des accidents, des attributs, des modes, des qualités. La théorie de la liberté fonde l'individualité et remplace la substance. La liberté n'est plus ici l'attribut d'un substrat (RENOUVIER, Essais crit. gén., 3e essai, 1864, p. XLVIII). « Être » n'est-il pas le verbe substantiel de tous les verbes et celui que tous présupposent? Respirer, dormir, attendre, même durer ou devenir sont encore des manières d'être complexes auprès de l'être nu, (...) qui est le substrat de toutes ces manières (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 252).
b) P. anal. ou au fig.
— Ce qui est à la base d'un phénomène, d'une activité, d'une structure. Le philosophe décrit les sensations et leur substrat (...) sans s'apercevoir qu'il perçoit lui-même (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 240). L'astrologie doit chercher ses mesures dans les fonds de l'être humain. C'est là qu'elle doit trouver le substrat des correspondances entre le macrocosme et le microcosme (BARBAULT, De psychanal. à astrol., 1961, p. 30).
— Fond, fondement, réalité profonde d'un être. Il n'est pas mauvais (...) que je vive en contact et en intimité de travail avec des étrangers, car c'est à ces moments-là que je prends conscience de mon substrat français (DU BOS, Journal, 1926, p. 52). Nous sommes nous-mêmes, ce substrat constant de ce que nous éprouvons, par quoi se créent l'unité, l'autonomie et la permanence de notre « moi » (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 402).
2. LING. Parler supplanté par un autre parler dans des conditions telles que son influence peut être invoquée pour expliquer des altérations du parler substitué (d'apr. MAR. Lex. 1951). Substrat celtique du roman des Gaules. La langue disparue subsiste à titre de vestiges dans la langue victorieuse et ce substrat témoigne du bilinguisme antérieur (Traité sociol., 1968, p. 276).
B. — 1. BIOCHIM. Substance soumise à l'action d'un enzyme. Certains enzymes (...) sont constitués par un ensemble de supports protéiques très voisins, mais dont les différences structurales se répercutent dans le choix des substrats faits par les molécules actives à qui elles servent de support (P. MORAND, Confins vie, 1955, p. 80).
2. a) ÉCOL. Support physique (sol, roche, fond marin) d'une population végétale ou animale. Synon. substratum (infra rem.). Il y a (...) des êtres vivants, animaux pour la très grande majorité, qui vivent à l'intérieur du fond qu'ils fouissent (substrats meubles) ou forent (substrats durs) (J.-M. PÉRÈS, Vie océan, 1966, p. 63).
b) GÉOL. Couche sous-jacente à la couche considérée. Synon. socle, substratum (infra rem.). (Dict. XXe s.).
3. ÉLECTR., ÉLECTRON. Matériau destiné à recevoir l'impression d'un circuit ou les divers composants de ce circuit (Dict. XXe s.).
REM. Substratum, subst. masc., synon. a) ) Philos., vieilli. Ce qui est sous tous les phénomènes, (...) ce que les philosophes appellent le substratum, le fond ou le principe des choses (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 580). V. eunuque ex. 1. ) P. anal. ou au fig. Base, fondement d'une action, d'un phénomène, d'une réalité. À travers toutes ces merveilles d'intuition, de reproduction et de langage, l'idée principale, le substratum, le but (la révolution qui vient) ne se perd pas de vue une minute (FLAUB., Corresp., 1863, p. 109). Rechercher dans l'inconscient le substratum de la pensée humaine (Hist. sc., 1957, p. 1515). b) ) Écol. La pente faible de la Basse Terrasse Vosgienne a favorisé une acidification du substratum par la stagnation des eaux de la Doller et de la Thur (B. de la Sté industr. de Mulhouse, 1976, p. 215). ) Géol. Çà et là dans le lit des vallées [de la plaine poitevine] des pointements de roches trahissent le voisinage du substratum archéen (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 314). ) P. ext. Tout support. Si l'énergie en se propageant restait toujours attachée à quelque substratum matériel, la matière en mouvement entraînerait la lumière avec elle (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p. 193). ) Au fig. Glisser la relativité comme un substratum dans mes phrases pour en faire le ressort même de mon écriture (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 183).
Prononc. et Orth.: []. Ac. 1935: substratum, terme de philos. Étymol. et Hist. 1. Philos. 1846 (PROUDHON, Carnets, juin, vol. 1, pp. 264-265 ds QUEM. DDL t. 26); 2. ling. 1933 (MAR. Lex.). Forme francisée de substratum (1745 philos. « ce qui sert de base au fonctionnement des forces d'un être », CHARP, Hist. nat. de l'âme, p. 235; le mot apparaît en 1690 chez LOCKE, v. COSTE, tr. LOCKE, Entendement humain, éd. 1729, p. 52; v. aussi NED qui fournit plusieurs attest. du mot au XVIIe s.; 1882 ling. « langue qui a été parlée dans un certain pays avant l'introduction d'une nouvelle langue », Romania t. 11, p. 130), mot lat., part. passé de substernere « étendre sous ». Fréq. abs. littér.:94. Bbg. QUEM. DDL t. 13 (s.v. substratum). — WARTBURG (W. von). Évol. et struct. de la lang. fr. Berne, 1958, 294 p.

substrat [sypstʀa] n. m.
ÉTYM. V. 1820, au sens 3; sens 1, 1846, in D. L. L. (on disait substratum); de substratum.
1 Philos. « Ce qui sert de support à une autre existence » (Lalande), ce sans quoi une réalité (conçue comme un mode, un accident) ne saurait subsister. Substance; essence, fond. || Cette phénoménologie capricieuse (cit. 5) dont la matière vivante est le substrat.Réalité, phénomène que l'on considère comme la condition d'autres phénomènes.Ce sur quoi s'exerce une action (→ Diastase, cit. 1).
1 C'est le hoquet de l'agonie pour la Foi chrétienne, d'abord, ensuite pour toute la spiritualité de ce monde qu'elle a engendré, dont elle est l'unique substrat, et qui ne lui survivra pas un quart d'heure.
Léon Bloy, le Désespéré, p. 144.
2 C'est à ces actions très nombreuses, mais insignifiantes pour la plupart, que la théorie associationniste s'applique. Elles constituent, réunies, le substrat de notre activité libre (…)
H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, p. 127.
3 Jacques estimait donc avoir trouvé là un trésor à exploiter et un substrat solide au développement des ambitions qu'il pouvait concevoir.
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 103.
2 (Fin XIXe). a Géol. Élément sur lequel repose une couche géologique (→ Glissement, cit. 5).
b Bot. Sol, substance qui le constitue, en tant que support de la couverture végétale. || Substrat calcaire, siliceux.
c Biochim. Substance sur laquelle agit une enzyme en déterminant sa transformation.
d Techn. Couche de matière servant de support à une couche de matière active. || Substrat utilisé en électronique.
3 (V. 1820). Ling. Parler supplanté par un autre parler (nettement distinct du premier) sur un territoire donné, dans des conditions telles que son influence est perceptible dans le second (→ Race, cit. 21). || Le substrat gaulois en France. || Étude des substrats dans les noms de lieux.Substrat et superstrat, et adstrat.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Substrat — (lateinisch substernere „unterbreiten, unterwerfen, bedecken“; stratum: Schicht) bedeutet eine Unter oder Grundlage für etwas anderes, meist im Sinne eines ausgebreiteten Trägers, Stoffs oder Materials. In verschiedenen Zusammenhängen ergeben… …   Deutsch Wikipedia

  • substrat — SUBSTRÁT, substraturi, s.n. 1. (fil.) Bază materială a diferitelor proprietăţi ale unui obiect; bază materială unităţii, a omogenităţii diferitelor obiecte; p. ext. conţinut. 2. Strat peste care s a aşezat alt strat. ♦ (Cu sens colectiv) Elemente …   Dicționar Român

  • Substrat — Sn Untergrund per. Wortschatz fach. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. substrātum, substantiviertes PPP. von l. substernere unterlegen, unterbreiten (Straße).    Ebenso nndl. substraat, ne. substrate, substratum, nfrz. substrat, nschw.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • substrat — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. mnż I, D. u, Mc. substratacie {{/stl 8}}{{stl 20}} {{/stl 20}}{{stl 12}}1. {{/stl 12}}{{stl 8}}książk. {{/stl 8}}{{stl 7}} podstawa umożliwiająca rozwój czegoś; podłoże : {{/stl 7}}{{stl 10}}Substrat bakteryjny. {{/stl… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • Substrat — (v. lat. Substratum), 1) eigentlich das Untergelegte, die Unterlage, z.B. bei einer Chaussee; 2) der zu Grunde liegende Gegenstand; 3) S. der Säuren, säurungsfähige Grundlage einer Säure; so der Schwefel das S. der Schwefel , der Stickstoff das… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Substrāt — (lat.), Unterlage, Grundlage; der vorliegende Fall; in der Logik soviel wie Substanz …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Substrat — Substrāt (lat.), das zugrunde Liegende, Unterlage; Schicht; der gegebene, vorliegende Fall …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Substrat — Substrat, Grundlage, Unterlage, soviel als Substanz, der vorliegende Fall …   Herders Conversations-Lexikon

  • Substrat — Substrat, 1) Stoff, der durch ein Enzym umgesetzt wird; 2) Nährsubstrat für Mikroorganismen; 3) Untergrund, an dem sich sessile Pflanzen oder Tiere fixieren …   Deutsch wörterbuch der biologie

  • Substrat — Un substrat est une base matérielle, un support, un socle si ce n est un terreau ou une assise qui permet de recevoir un quelconque élément scriptural ou autre, organique, pour lui assurer pérennité ou développement. C est ce sur quoi s exerce… …   Wikipédia en Français